Pour commencer

Après les Lettres de Barcelone , j’ai démarré une nouvelle série de lettres, les Lettres de Paris. Chaque lettre est un récit court (4 ou 5 minutes de lecture) où je mélange mon quotidien, mes lectures, quelques voyages et l’actualité. Elles peuvent être lues dans n’importe quel ordre. Voici une présentation de celles publiées sur le blog [mise à jour 03/05/2021] :

Quotidien

La vague : Le virus arrive en France, comme une vague qui déferlerait sur nous

Le rétrécissement du monde : Le confinement démarre, dans un monde rétréci

In my mind : J’assiste à un concert virtuel

Le miroir : Je réinterprète un épisode de mon expatriation aux USA

Un jour sans fin : Je m’interroge sur le temps « qui ne passe plus pareil »

Le jour d’après : J’imagine le jour où le confinement se finira

Encore et encore : Rien ne me surprend dans la crise actuelle (et j’invoque Margaret Atwood)

Le bal masqué : Qui sommes-nous derrière nos masques ?

De fil en aiguille : Une chanson me ramène à Bali et à ces moments qui changent une vie

Match après match : Avec mes copines de Barcelone, nous adoptons la philosophie de Zidane : prendre les choses match après match

Jamais sans mon masque : Je revisite une scène de la première trilogie de Spiderman… et le port du masque anti-Covid  

Haute fidélité : Les sons (podcasts, musique, voix au téléphone) sont omniprésents dans cette saison en « distanciel »

La nouvelle vague : J’établis une liste de tous les mots que 2020 nous a volé (Nouvelle Vague, distance de sécurité, couvre‑feu…)

Les lettres : Je range les lettres et cartes postales que je conserve dans une boîte

En flammes : Faut-il exorciser 2020 ? Faut-il sortir le briquet et les jerricanes ?

Les gendarmes et les voleurs : Le retour de la série « Dexter », seule bonne nouvelle de l’année ?

Envie de vous revoir : Un panneau géant à Madrid dit ce que nous pensons tous

Le Père Noël est une ordure : Quel sens donner à cette fête ?

Nettoyage de printemps : la Nature se fait belle à l’extérieur et je range mon appartement

Un café et ça repart : Je privilégie des cafés virtuels pour garder le contact

Les restaurants clandestins : Que faire quand les restaurants sont fermés ?

Balade parisienne

Les voisins : J’observe mes voisins à leurs balcons

Cartes postales : Je marche dans mon quartier rétréci et rêve de futures cartes postales

L’élargissement du monde : Je retrouve Paris au-delà du 1 km et la ville est toujours aussi belle

Les quais : Je me balade sur les quais de Seine … et pas sur les quais du métro

Le bon bout de l’émotion : Quels sont les points communs entre une balade en bateau-mouche, le dernier roman d’Ann Patchett et Rouletabille ?

Le pouvoir des fleurs : Je pars en balade au Parc Floral de Vincennes et me soumet au pouvoir des fleurs

Le renard et le marquis : Je croise un personnage de Dumas lors d’une balade au Père-Lachaise

Les animaux imaginaires : Je me promène dans mon quartier et croise des animaux imaginaires

Un îlot d’évidence : Ma promenade quotidienne est un îlot d’évidence au milieu d’un océan incertitude

La montgolfière de la Révolution : Qu’ont en commun une montgolfière et la Révolution française ?

Micro-tourisme : Je pratique le micro-tourisme quand, à défaut de bout du monde, j’explore le bout de ma rue

Le lièvre et la tortue : Mon animal totem, le lièvre toujours pressé, a-t-il été remplacé par une tortue ?

Tout est dans tout : Les lieux de mon quartier semblent connectés dans une toile, celle où je me promène

Voyages

À deux heures de Paris : Je pars en week-end dans la Manche puis en Loire-Atlantique et ironise sur l’expression « à deux heures de Paris »

L’image et le son : J’écoute les conversations de mes voisins dans le train ou au bar de plage

Caché dans le sable & Les bons diagnostics : Un poisson venimeux me pique sur la côte normande… et j’en déduis que pour résoudre un problème… il faut les bons diagnostics

Livres

Juste mon imagination : Je pars (virtuellement) en Écosse, inspirés par des photos, des romanciers ayant des attaches dans la région et une certaine créature fantastique au long cou

L’invitation au voyage : Je visite La Nouvelle Orléans grâce à des locaux pas comme les autres (et totalement imaginaires, comme mon voyage)

L’art de la fugue : Grâce à un roman, je voyage en 1990 et constate que rien n’a changé 30 ans après (ou presque)

Mafalda : Quino nous laisse orphelines, Mafalda et moi

La république des livres : Des souvenirs de Washington DC me rappellent à quel pays j’appartiendrai toujours

Georgia on my mind : La (re)lecture d’Autant en emporte le vent me transporte

Arsène Lupin : Je relis les aventures d’Arsène Lupin

Étonnant voyageur : L’autobiographie d’un homme au destin extraordinaire, né au Nigéria au milieu du 18e siècle

Mon club de lecture : J’appartiens, depuis toujours, à des clubs de lecture

Langues vivantes

Une imparfaite traduction : J’écris sur la difficulté de traduire en espagnol mon premier livre

Échanges linguistiques : Le français et l’espagnol s’échangent des mots

Politique

Le rêve inachevé : Je me souviens de Washington DC et du rêve inachevé de Martin Luther King

Échec au roi : J’établis des parallèles entre le jeu d’échecs et la situation de la monarchie espagnole

Élite : Un jour j’ai entendu « vous êtes l’élite de la Nation » et je n’ai jamais oublié

Le coton ne ment pas : Peut-on laisser des propos offensants glisser sur nous comme de l’eau sur des plumes de canard ?

Au boulot

Cartes sur table : Les déjeuners professionnels sont des parties de poker

Talons aiguilles : Je m’interroge sur mon avenir professionnel

Un job pas très catholique : « Êtes-vous catholique ? » me demande un responsable RH lors d’un entretien d’embauche

Au téléphone : J’ai (peut-être) perdu ma peur de téléphoner

Le puzzle : Comment trouver mon avenir professionnel si ce n’est en composant un puzzle ?

Bonne lecture !

📧 Pour recevoir les lettres par e-mail

Aucun spam, simplement les prochains articles du blog. Pour lire la politique de confidentialité : ici.