[Les coulisses : Écrire plus]

Comme beaucoup d’écrivains, j’aimerais écrire plus et écrire plus régulièrement et j’ai parfois du mal à trouver le temps et la motivation. Et cela, sans compter les heures à consacrer à se relire et se corriger, à réécrire, à viser la publication, à promouvoir ce que j’ai écrit, etc. En utilisant le prisme des 4 tendances (tendencies en anglais) identifiées par l’auteur américaine Gretchen Rubin, j’ai listé les techniques et stratégies qui me paraissent le plus utile pour atteindre cet objectif.

Les 4 tendencies

J’ai découvert Gretchen Rubin en lisant The happiness project, le livre où elle raconte les expériences qu’elle a menées pendant un an pour tenter d’être plus heureuse sans changer sa vie. Pour elle, un facteur essentiel du bonheur se trouve dans les expériences qui nous rendent heureux et dans leur fréquence : le secret est de les transformer en habitudes. Elle a développé ensuite son concept des 4 « tendances » (tendencies en anglais), selon qu’une personne répond plus ou moins facilement aux attentes extérieures, celles que les autres lui donnent (une date butoir au travail, un cours de sport hebdomadaire, etc.), ou intérieures, celles qu’elle se fixe pour elle-même (les bonnes résolutions du 1er janvier, la volonté d’écrire plus, un objectif, etc.)  

Les 4 tendances sont les suivantes :

  • Les obligers (la majorité d’entre nous) répondent en priorité aux attentes extérieures et peuvent négliger les attentes intérieures,
  • Les questioners (le 2ème groupe le plus nombreux) remettent en cause les attentes extérieures et transforment tout en attente intérieure si cela leur semble fondé,
  • Les upholders se conforment sans trop de difficultés aux attentes externes et internes,
  • Les rebels résistent à toutes les attentes, les leurs et celles des autres, qu’ils perçoivent comme des contraintes.    

Les upholders écrivent la majorité des livres de développement personnel sur la gestion du temps et l’organisation personnelle qui sont des sujets d’intérêt pour eux. Comme ils n’ont pas trop de difficultés à exécuter leurs résolutions et leurs plans d’actions, ils disent aux autres « vous n’avez qu’à faire… » ce qui peut être très énervant. Je sais maintenant reconnaître les limites de leurs recommandations.

Gretchen Rubin conseille au contraire d’identifier ce qui fonctionne pour nous et d’adopter les techniques qui correspondent à notre personnalité. Il ne s’agit pas de « se motiver » ou « d’être motivé » mais d’identifier et appliquer des stratégies adaptées. 

Obliger  

Pour un obliger, il faut créer des attentes externes même quand elles n’existent pas, que cette attente, cette « responsabilité » soit envers une autre personne, une liste, une app, etc. Voici quelques idées :

  • Un groupe d’écriture. Ex : se retrouver une fois par semaine pour 2 heures d’écriture
  • Un cours d’écriture. Ex : une amie a suivi un cours d’écriture avec l’école Les mots où elle devait remettre à dates fixées d’avance des livrables au professeur de l’école qui la suivait
  • Les dates butoir. Ex : une participation à un concours, un manuscrit à remettre à une date fixée d’avance à une personne (un bêta-lecteur, un correcteur, un éditeur)
  • Les « chaînes ». Ex : se fixer comme objectif d’écrire tous les jours et suivre cette habitude (sur un agenda ou un bullet journal, ou via une app comme Don’t break the chain)
  • Un binôme. Ex : une personne fait X et nous faisons Y (en l’occurrence écrire), en même temps
  • Un événement. Ex : Nanowrimo. Surtout si on annonce urbi et orbi que l’on va participer, créant ainsi un réseau de personnes qui vont nous demander « et alors ? tu en es où ? »

Questioner

Le questioner chercher à trouver le pourquoi, à mettre en place une démarche scientifique, à  personnaliser et à adapter sa manière de faire les choses. Voici quelques idées pour un questioner :

  • Décomposer le processus d’écrire, le rationnaliser en étapes différentes
  • Se documenter sur comment procèdent d’autres écrivains  
  • Trouver les méthodes les plus adaptées pour écrire et les suivre
  • Se rappeler de pourquoi on écrit : qui sont les lecteurs cibles ? que vise-t-on en écrivant ? quel est le message que l’on veut transmettre ?

Upholder

L’upholder est peut-être la personne qui a le moins besoin de conseils, mais voici ce que j’identifie :

  • Planifier les sessions d’écriture. Pour les upholders, un calendrier est une liste de choses à accomplir
  • Utiliser les idées listées ci-dessus pour des obligers et des questioners car les upholders répondent bien aux attentes externes (comme les obligers) et internes (comme les questioners)

Rebel

Le rebel résiste face aux attentes des autres et aux siennes propres. Sa phrase clé est « Je fais ce que je veux ». Les actions à mettre en place sont donc totalement différentes :

  • La mise en avant de notre identité d’auteur. Ex : j’écris chaque semaine car je suis un écrivain 
  • Au contraire des obligers, écrire pour un projet secret afin de créer le minimum d’attentes et d’obligations
  • Le fait de garder en tête le lien entre une cause (je n’écris pas) et ses conséquences (le livre n’avance pas)

Conclusion

Plus généralement et quelle que soit notre tendency, voici ce que je retiens d’années passées à écrire, à essayer d’écrire, à penser à écrire :

  • Analyser ce qui a fonctionné pour nous par le passé. Ainsi, écrire le matin, écrire tous les jours, écrire par période, écrire sur un cahier, dicter, etc.
  • Ne pas attendre d’être motivé et créer le contexte le plus propice maintenant
  • Se rappeler que nous sommes tous différents et que ce qui marche pour une personne ne marche pas forcément pour les autres
  • « Identifier le problème ». Par exemple, je me rends compte que je suis bloquée sur un projet d’écriture donné mais que j’arrive à trouver du temps pour un autre texte qui m’intéresse plus
  • Écrire n’est pas un sprint : ne pas sous-estimer le progrès fait en quelques minutes par jour ou par semaine (en suivant l’exemple donné par deux Prix Nobel comme Alice Munro ou Toni Morrisson qui pendant des années écrivaient la nuit car elles travaillaient et s’occupaient de leurs enfants la journée) et ne pas sur-estimer ce qu’il est vraiment possible d’écrire en un week-end ou pendant une semaine de vacances.  

Pour ceux qui me lisent et qui écrivent, quelles techniques ont fonctionné pour vous ? À quelle tendency pensez-vous appartenir ?


Sources  

https://changemavie.com/episodes/gretchenrubin

Un épisode du sympathique podcast Change ma vie où les 4 tendencies sont présentées

Pour faire le test (en anglais) et déterminer quelle est notre tendency

Image par goguin de Pixabay

📧 Pour recevoir les lettres par e-mail

Aucun spam, simplement les prochains articles du blog. Pour lire la politique de confidentialité : ici.

2 réflexions sur “[Les coulisses : Écrire plus]”

  1. Merci pour ce billet instructif sur un sujet si crucial =)

    Je cherche encore des techniques qui seraient vraiment efficaces pour moi, mais pour l’instant, les chaînes ont donné de bons résultats (même si la chaîne a elle-même besoin de sa propre technique pour ne pas oublier de la noter…), ainsi que la mise en avant de l’identité.

    Toutefois, difficile de déterminer précisément ma tendance. Le quiz me place comme Questioner et je me perçois comme un mélange d’Obliger, de Questioner et de Rebel…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.